Une bobine de fil bleu

Une bobine de fil bleu

Anne Tyler

Phébus

  • 26 février 2017

    Quatre générations sous le même toit

    Romancière à succès, Anne Tyler a obtenu le prix Pulitzer en 1989 pour « Leçons de conduite ». Ses livres sont d’une acuité psychologique redoutable. L’air de ne pas y toucher, avec un talent fou, elle sonde ici les fondements d’une famille américaine ordinaire.

    **Home sweet home
    **
    A Baltimore, la maison des Whitshank est une de ces demeures typiquement américaines, avec un tulipier de Virginie dans le jardin, un chemin dallé qui mène à l’entrée et une grande véranda où trône une balancelle en bois couleur miel. Elle a été construite par Junior Whitshank au milieu des années 1930 : c’était son rêve, l’œuvre de sa vie.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    6 février 2017

    Chronique familiale à Baltimore avec comme personnage principal une maison construite par Junior Whitshank après guerre, toute en bois et qui est la fierté familiale. 3 générations y vivent, avec des hauts et des bas, des bonheurs simples et aussi des non-dits. Ce roman d’Anne Tyler ressemble à un chat qui ronronne sur vos genoux et qui tout d’un coup vous donne un coup de griffe. Au détour d’une phrase, d’un dialogue elle dévoile des faces cachées, des rancœurs, parfois tenaces.
    Un beau coup de cœur !
    Valérie


  • par (Libraire)
    3 février 2017

    Une bobine de fil bleue se lit comme un roman fleuve. Une lecture qui nous amène, en douceur, à connaitre la vie de la famille Whitshank.

    Les Whitshank se définissent de bien des manières. Ils se croient uniques, mais sont finalement pleins de petites imperfections. Ils se pensent soudés, mais sont finalement chacun à la recherche de reconnaissance. Ils sont une famille avec leur Histoire et leurs histoires ! Et, si l'on devait réellement définir un Whitshank, cela serait certainement par sa maison. Cette magnifique demeure dans les rues chics de la banlieue de Baltimore. Cette maison, c'est Junior, le patriarche, le fondateur de la lignée, qui l'a construite, c'est celle que Red et Abby ont ensuite choisit comme point de rassemblement, et que leurs enfants finiront par quitter.

    Un beau roman sur les joies et les coup durs, sur la vie d'une famille.


  • par (Libraire)
    18 janvier 2017

    On ne connait jamais vraiment les gens, pas même ses proches, pas même ceux de sa famille. Anne Tyler semble le suggérer dans ce roman à travers la vie, sur trois générations, de la famille Whistshank.
    Parangon de la famille américaine, modeste et provinciale, les Whistshank sont une fratrie unie : presque un clan. Jalouse de sa singularité, mais aussi ouverte et engagée sur le monde.
    Dans leur grande maison, la véranda est la matrice, le symbole de leur hospitalité. On y vit, on y bavarde de rien avec une certaine légèreté, une désinvolture, une élégance méridionale.
    Avec une grande subtilité dans la construction du roman, une grande finesse des relations humaines, Anne Tyler évoque les liens forts entre les membres de la famille, mais aussi les jalousies, les regrets, les secrets, les maladresses.
    Ainsi, l'air de rien, la mère de famille est traversée d'un doute, d'un malaise : a-t'on réussi sa vie quand on a simplement vécu une existence heureuse ?