La tentation

La tentation

Luc Lang

Stock

  • 22 septembre 2019

    Tentative de rédemption

    En ligne de mire du chasseur, la splendeur d'un cerf à seize cors, allégorie
    de la forêt qui l'abrite mais ne suffit plus à le protéger de l'arme de son
    prédateur. Pourtant, François hésite. « Depuis quelques temps, il supporte
    difficilement ce déséquilibre des forces, sa puissance de feu qui interrompt
    brutalement la partie, en vole la fin ». Que cherche-t-il dans cette traque
    solitaire, si ce n'est fuir un monde dont l'emballement, l'immatérialité, le
    dépasse ?

    François, la cinquantaine, est un chirurgien estimé et le directeur d'une
    clinique lyonnaise. À la médecine, son fils Mathieu a préféré les flux
    financiers; une banque d'investissements new-yorkaise l'a transformé en «
    golden boy »carnassier. Si le père semble avoir perdu « le chemin qui menait à
    son fils », il ne comprend guère davantage les choix de sa fille Mathilde,
    entichée d'un jeune nabab aux allures d'escroc, mais lui pardonne ses
    faiblesses, héritées d'une histoire familiale « suffisamment ténébreuse pour
    receler la possibilité même du meurtre d'une enfant ». Cette enfant, c'est
    Mathilde, sept ans au moment des faits, se noyant dans une piscine sous le
    regard de sa mère impassible.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    2 septembre 2019

    L'Apocalypse selon Luc

    Comment en est on arrivé là, à ce point de non retour, à l'affrontement de deux mondes radicalement opposés, à ce stade d'incompréhension extrême, à ce stade de violence ultime dévastatrice et déchaînée? A quel moment la faille s'est elle opérée, la fracture s'est elle démesurément agrandie? Qu'est-ce qui a failli dans l'éducation parentale offerte? Dans un monde de violence et de démesure, sans limite, François tente de comprendre un monde vacillant, la bascule de son univers renversé par un autre où l'unique valeur régnante est l'argent. C'est la tentation du désespoir d'un père démuni face à l'avenir de ses enfants pris dans un tourbillon de folie argentée, cupides et avides de tout, impatients. C'est la révélation de son ancien monde jugé désuet et archaïque car étriqué et moraliste, trop paternel. Roman magistral qui soumet au lecteur une version apocalyptique de notre monde contemporain et tente de dénouer les fils inextricables emmêlés. La construction narrative tient le lecteur en apnée jusqu'à la dernière ligne, comme une proie traquée, les sens en alerte et en éveil.


  • par (Libraire)
    2 septembre 2019

    La tentation du sublime.

    Il y a dans la construction du livre une ambiguïté narrative, une sorte d’écho, des scènes sont rejouées, ou plus exactement réécrites, vues sous un autre angle mais inchangées. Cela donne au roman une dimension angoissante, un vertige, ça tangue.
    L’auteur aurait pu aussi appeler son livre L’abîme ou une insondable déception.
    Dans La tentation des passages de la bible, notamment de l’Apocalypse, apparaissent. Cela apporte une dimension religieuse non négligeable au roman.

    il y a un passage qui hante, on le lit une première fois avec le cerf puis, avec les mêmes mots, dans une scène quasiment identique, avec le chien: « …il fallait que cette ordure n’ait rien d’autre à faire dans son existence pour vouloir détruire tout ce qui vivait et respirait ici la senteur de la neige, de l’automne et des épineux, pour s’en prendre de la sorte à son griffon qui traînait son bassin détruit sans même gémir, le regard fixé sur François, exprimant plus que de la souffrance, une sorte d’incompréhension et, il en était certain, une insondable déception, maculant, dans sa reptation, la neige de l’écume carminée de son sang qui fumait dans l’air froid. »

    Quant à la fin du livre qui tient du western apocalyptique… tout est interprétable. Luc Lang en styliste hors pair nous laisse dans « une blancheur diffuse. » Il ne veut pas finir ce qu’il a commencé. C’est un livre coup de poing.


  • par (Libraire)
    31 août 2019

    Une belle prouesse littéraire !

    D'emblée, Luc Lang impose un rythme, une allure au galop vers une chute, un chaos inexorable... et puis une odeur, une odeur de poudre; de musc, de forêt et de sols spongieux... et une odeur de peur, qui ne nous lâchera pas jusqu'à l'issue, fatale évidemment. Une belle prouesse littéraire !


  • par (Libraire)
    26 août 2019

    Pour la Toussaint, François s’est concocté un week-end de chasse dans le chalet familial des alpes. Tout s’annonce pour le mieux, ses 2 enfants doivent le rejoindre et il a repéré un cerf qui fera une magnifique prise. Pourtant, une demie seconde d’inattention et tout dérape, le cauchemar commence. Quelle maîtrise dans l’écriture ciselée, dans la construction du roman qui nous douter de tout, dans la description des personnages, de leurs failles, de leurs échecs ! Magistral !! Mon préféré de cette rentrée littéraire française.
    Valérie