Cent ans de Laurelfield

Cent ans de Laurelfield

Rebecca Makkai

Les Escales

  • par (Libraire)
    31 janvier 2021

    Un "conte à rebours" sur cent ans d'occupation de Laurelfield, vaste propriété hantée par Violet Devohr, disparue violemment et un écrivain brisé, Eddie Parfill.
    Des couples divisés, une communauté d'artistes... révélant leurs états d'âme , leurs drames et leurs stratagèmes d'occupation des lieux !


  • par (Libraire)
    27 janvier 2021

    Laurelfield est une maison qui pendant de longues années a accueilli des artistes. Un lieu chargé d'histoires dans lequel Zee a grandi et où elle revient s'installer avec son mari. Mais elle a du mal à s'y sentir bien et l'arrivée de Case et de sa femme Miriam ne va rien arranger. En remontant le temps on découvre l'histoire de cette maison, de son jardin, de ses habitants. Et l'on se rend compte que l'on ne posséde pas les lieux, ce sont eux qui nous possèdent! Un roman envoûtant.
    Valérie


  • par (Libraire)
    15 janvier 2021

    Conseillé par Marie-Laure

    Rebecca Makkai nous a conquis l’année dernière avec "Les Optimistes", elle nous embarque à nouveau avec sa nouvelle saga passionnante. "Cent ans de Laurelfield", cent ans de secrets de famille !

    Dans les plaines du Midwest, la propriété de Laurelfield fait fantasmer depuis presque cent ans. Il faut dire que la première locataire, Violet Devohr s’y est donnée la mort et hante depuis les lieux. En 1999, date à laquelle commence notre histoire, la demeure est habitée par Gracie et son second époux Bruce. Ce dernier est obsédé par la fin du monde et se prépare au chaos de l’an 2000. La fille de Gracie, Zee, universitaire vient vivre dans la remise avec son mari Doug. Celui-ci ne trouve pas de travail et se bat avec la rédaction d’une biographie sur un poète quelque peu dépassé. Or, il s’avère que ce poète aurait séjourné à Laurelfield vers 1920, à l’époque où l’on accueillait plusieurs artistes en résidence. Le couple va devoir cohabiter avec le fils de Bruce et sa femme artiste. On sent venir le vaudeville… C’est mal connaître Rebecca Makkai. Si elle amuse d’abord son lecteur avec des situations assez cocasses, elle sème doucement les graines qui vont nous conduire à la deuxième partie. 1955, Grace et George, son mari alcoolique et violent, emménagent à Laurelfield. Du haut de son grenier, la jeune femme surveille tout ce petit monde qui gravite dans la propriété. En fouillant dans les dossiers des artistes de la « colonie », elle va découvrir ce fameux poète. Nous voici transportés en 1929 lorsque Laurelfield était le refuge des peintres et des écrivains. Grâce à une construction finement pensée, Rebecca Makkai réussit à nous captiver du début à la fin. Chaque partie se finit sur une révélation qui entraîne un nouveau mystère. Le fantôme de Violet Devohr dont le tableau prône dans la demeure observe ces différentes générations qui se débattent dans leurs amours, leurs mariages, leurs carrières… Manipulateurs ou victimes, ces personnages vont faire votre bonheur de lecteur.
    Article rédigé par Marie-Laure Turoche pour le magazine Page des libraires