• Bien mais peut mieux faire ?

    Karou est une jeune fille un peu spéciale, on s’en rend compte dès les premières pages. Depuis sa plus tendre enfance, elle est en contact avec des « monstres » tel que les appellent ses contemporains. C’est en réalité sa seule famille. Elle doit partager son temps entre sa vie d’étudiante des plus ordinaires et sa famille - ces êtres semblant tout droit sortir d’un livre pour enfant. Malheureusement pour la jeune fille, la petite routine qui s’était installée va soudainement être chamboulée. Elle qui était dans l’ignorance la plus totale va en apprendre beaucoup sur ses origines et sur le monde de ses parents adoptifs. Et également sur leurs ennemis : les anges.

    L’intrigue est bien menée et l’histoire est prenante. Pourtant il manquait un petit quelque chose pour que je sois totalement happée par le récit. J’ai pris beaucoup de plaisir avec cette lecture, mais je n’ai pas non plus été transcendée. Cependant, il y a beaucoup de bonnes idées comme la guerre entre les chimères et les anges, et Karou en plein milieu qui ne sait pas quoi faire, quoi penser. Elle est tout aussi perdue que le lecteur, ce qui fait qu’on peut très facilement s’identifier à elle. De plus, l’amour impossible dont on est les témoins impuissants émouvra plus d’une fleur bleue …

    Pour ce qui est des personnages, on retrouve de bons éléments. Karou, notre héroïne, est une jeune fille très touchante. Comme je le disais un peu plus haut, le fait qu’elle n’en sache pas plus que nous sur les anges et les chimères fait qu’on s’en rapproche très facilement. Akiva est un ange tourmenté des plus charmants et auquel on s’attache très vite. La famille de Karou – Sulfure, Issa … – est très agréable et sympathique. Elle est totalement atypique mais tellement gentille.

    La plume de Laini Taylor est agréable mais j’ai trouvé certains passages de l’histoire un peu confus et embrouillés. Du coup le rythme de lecture était légèrement cassé mais rien de fondamentalement gênant.

    En conclusion, une bonne idée de base bien développée avec des rebondissements plus ou moins inattendus. Les personnages sont très attachants et on a forcément envie d’en savoir plus sur eux et sur leurs mondes respectifs. C’est donc un bon roman dans son genre, il faut juste passer outre la couverture peu engageante.


  • 27 février 2012

    Un univers original et magnifiquement maîtrisé

    Karou est une jeune fille apparemment comme les autres. Seul signe distinctif, ses cheveux bleus. Elle étudie les beaux-arts à Prague. Dans ses carnets de dessin, des créatures fantastiques sont dessinées : bélier à pattes de lion ou femme-serpent. Des créatures qui existent, puisqu'elles ont élevées Karou. Elles se font appeler chimères. Elles sont chassées par des êtres ailés à la beauté troublante. Des anges ? Akiva en fait partie. Il marque chaque lieu chimérique de sa main. Jusqu'au jour où il rencontre Karou. Qui est-elle ? Que fait-elle avec les chimères ?


    Premier tome d'une trilogie, Fille des chimères s'avère un excellent roman. Laini Taylor, dont c'est le premier roman traduit en français, nous offre une intrigue riche. Si la base a été racontée mille fois (un amour impossible-une quête identitaire), l'auteur déroule une histoire où les rebondissements sont inattendus.
    Le lieu principal de l'intrigue se trouve être Prague. Une ville chargée d'histoire, d'art aussi. Avec précision, l'auteur nous décrit les endroits visités, en particulier le café Poison. Un lieu où l'ambiance qui règne est contraire au nom et au décor : cercueils, cranes humains, masques à gaz de la première guerre mondiale. On y sert le meilleur goulasch de la ville! C'est là que Karou et sa meilleure (seule ?) amie Zuzana ont établi leur quartier général.
    Une bien curieuse fille cette Karou. On la voit de loin avec cette chevelure bleue, mais si on l'interroge, elle répondra avec un sourire, comme s'il s'agissait d'une blague. Serait-ce plus simple ? Comment pourrait-elle raconter qu'elle a été élevée par des chimères, qu'elle leur rapporte des dents et qu'elle parle une vingtaine de langues ? Pour survivre à ce mensonge perpétuel, Karou s'est forgée une carapace. Elle dissimule ses sentiments sous un sourire, mais au fond d'elle-même, elle s'interroge sur sa vraie famille et son identité.
    L'autre personnage principal est cet "ange" exterminateur, Akiva. Comme tous ceux de sa race, il est d'une beauté époustouflante. Mais comme eux, il a été élevé pour la guerre. Il ne se pose pas de question. Il exécute des ordres jusqu'à la découverte de Karou. Avec elle, vient les questions. Pour avoir les réponses, il doit penser d'abord et ne plus exécuter. La dernière fois qu'il a fait çà, il a perdu l'amour de sa vie.
    L'univers crée par l'auteur est vraiment original. Le bestiaire composé est au premier abord inquiétant (ange exterminateur- bélier à pattes de lion) mais Laini Taylor les rend humains. Chaque action est calculée et trouvera sa réponse plus tard. La maîtrise du roman est parfaite, et d'autant plus délicat que l'on s'éloigne de la sempiternelle ville américaine ou du royaume à conquérir.

    A la fois inquiétant et émouvant, Fille des chimères est un roman à découvrir. Son univers est à la fois original et proche. L'auteur revisite avec talent le conte de la petite souris et des dents perdues, mais aussi celui des religions et du mauvais oeil.

    http://temps-de-livres.over-blog.com/article-fille-des-chimeres-100234512.html