La Fille de mon meilleur ami

La Fille de mon meilleur ami

Yves Ravey

Les Éditions de Minuit

  • 30 juillet 2014

    Sur son lit de mort à l'hôpital, un homme demande à son ami de veiller sur sa fille Mathilde dont il a perdu la trace.
    William qui a voulu à tout prix tenir la promesse faite à son défunt ami se met donc à la recherche de Mathilde.
    Il se sent protecteur et dans le devoir de venir en aide à la jeune femme qui souhaite obtenir un entretien avec son fils dont elle n'a pas de droit de visite. En effet, cette dernière était en hôpital psychiatrique...

    Roman décalé à tous points de vue.
    Lequel de Mathilde ou William a t-il le plus besoin de l'autre et surtout d'aide???


  • 21 avril 2014

    Une promesse encombrante

    Un homme fait le serment sur le lit de mort de son meilleur ami de retrouver la fille de celui-ci. Promesse impossible à ne pas tenir. Mais William Bonnet ignore ce à quoi il s’est engagé.

    Lorsqu’il déniche Mathilde, il réalise aussitôt que cette femme séduisante est tout sauf simple, un vrai « nid d’embrouilles ». Hospitalisée plusieurs années en hôpital psychiatrique, kleptomane à ses heures, elle s’est vue retirer la garde de son jeune fils au moment de son divorce. Et justement ce que Mathilde vient de se mettre en tête est de revoir cet enfant dont elle estime avoir été lésée injustement. Mi bonne pâte, mi-inconscient, William accepte de l’aider. S’amorce alors une aventure rocambolesque et parfaitement incongrue qui mène les deux protagonistes dans une voie qu’ils n’avaient envisagée ni l’un ni l’autre.

    Dans ce très court récit écrit à la première personne- William est le narrateur- Yves Ravey nous embarque dans un road-trip à la française aux côtés de cette paire de « bras cassés de l’existence » : l’incontrôlable Mathilde et son acolyte, bien plus obscur qu’il n’y paraît. Certes, William Bonnet est directeur financier des cycles Vernerey mais il a été licencié pour escroquerie et ses poches regorgent de cartes de visites où il se présente alternativement comme journaliste, fonctionnaire des services sociaux, travailleur au service de la petite enfance…. Chez Ravey l’habit ne fait jamais le moine et les apparences sont toujours trompeuses. Chaque détail, chaque précision a son importance et modifie imperceptiblement la trame. Avec une économie de moyens, d’une plume rapide et efficace, l’auteur installe une atmosphère angoissante et instille le trouble. Au fil des pages, l’intrigue se densifie et les personnages prennent une complexité inattendue. Pour Yves Ravey aucune situation n’est ordinaire, chacune recèle une part d’ombre.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    29 mars 2014

    Road movie immobile dans une petite ville de province entre centre commercial, autoroute, usine, hôtel de zone industrielle et cité .
    Qui aide qui ? Quel est le personnage le plus décalé ?
    Yves Ravey jongle entre le roman policier, le roman d’amour, et le roman psychologique.


  • par (Libraire)
    27 mars 2014

    Avec trois fois rien, Ravey nous livre un roman au cordeau, une dérive inquiétante. Élégant et efficace.


  • par (Libraire)
    27 mars 2014

    Avec trois fois rien, Ravey nous livre un roman au cordeau, une dérive inquiétante. Élégant et efficace.


  • par (Libraire)
    12 mars 2014

    La poisse

    Petit escroc de fin de semaine, il s'est laissé embarquer (avec la fille de son meilleur ami) dans une aventure qui le dépasse un peu...

    C'est un roman noir avec une intrigue policière même si elle est presque en arrière fond car, d'abord, il y a ce couple. Qui sont-ils ? Le lecteur le devine. Pas de description psychologique. On apprend d'eux par ce qu'ils veulent bien dire... ou faire. Par contre, la description des lieux, de l'ambiance vaguement poisseuse qui s'en dégage, leur dérive mélancolique, entre zones pavillonnaires et hôtel de bord d'autoroute, est minutieusement racontée. C'est un style très réaliste. Très vite, j'avais même oublié que je lisais un livre et j'étais plongé dans l'action avec les personnages. Dans les premières pages, ils parlent peu, attendent beaucoup... et puis, tout s'accélère !

    Il y a du Jean-Patrick Manchette, du James M Cain, du Jim Thompson chez cet auteur. Oui, Yves Ravey est grand et il sera à l'Armitière le 29 mars prochain !


  • par (Libraire)
    10 mars 2014

    William notre héros, se rend au chevet de Louis son meilleur ami qui lui fait promettre de retrouver sa fille, Mathilde, qui, elle, fait de fréquent séjour en hôpital psychiatrique.
    Une fois ce tandem réunit nos deux protagonistes vont se rendre là où réside le fils de Mathilde qui vit chez son père et sa belle-mère malgré l'interdiction que le juge lui en a faite. Non contente de transgresser la loi Mathilde va aussi laisser libre cours à ses pulsions et provoquer bien des dégâts et William, en même temps qu'il va organiser la rencontre avec l'enfant va essayer de tirer profit de la situation.
    Ce duo, toujours sur le fil, va nous entraîner avec beaucoup d'humour, de dérision, dans des situations rocambolesques où il va s'engluer peu à peu.
    Très brillant, Yves Ravey, nous donne un livre jubilatoire extrêmement bien construit qui se lit d'une traite avec beaucoup de plaisir.
    Un très bon moment de lecture.


  • par (Libraire)
    6 mars 2014

    Alors qu'il est sur son lit de mort, Louis demande à son meilleur ami William de veiller sur sa fille. Quelques années plus tard elle a, elle aussi, une requête à lui faire : elle voudrait que William l'aide à retrouver son fils.
    Les voilà donc embarqués dans une étrange aventure qui les mènera exactement où ils méritent d'être : entre les mains de la justice. Tout se mêle et s'entremêle afin de nous révéler les véritables motivations de ce
    meilleur ami sans doute un peu trop complaisant pour être honnête.
    Dans un style neutre et placide, Yves Ravey nous offre un texte efficace, à l’architecture fluide et distinguée.
    Il nous prouve que les intentions des hommes ne se mesurent pas toujours à leur volonté. D'ailleurs, William
    en est l'exemple type. Persuadé qu'il peut sauver la terre entière, il va vite réaliser qu'il n'est qu'un être
    humain.