sothik grand format

Marie Desplechin

École des Loisirs

  • 11 mai 2017

    Un roman autobiographique qui ne vous laissera pas indemne.

    Ce court livre relate l'histoire incroyable d'un jeune Cambodgien qui va devoir survivre à l'oppression des Khmers dans son village, en nous montrant des vérités qui nous semblent irréelles. Malheureusement Sothik Hok, co-auteur, l'a bel et bien vécu.
    Ouvrage pour petits et grands, qui fait réfléchir sur la vie et l'importance de la famille.


  • 14 octobre 2016

    Conseillé par la Librairie Sorcière Tire-Lire à Toulouse

    L’histoire vraie bouleversante de Sothik Hok qui a grandi dans le Cambodge en pleine guerre civile, puis aux mains des khmers rouges. Marie Desplechin a pris la plume sous le récit de Sothik Hok.

    Sothik est né en 1967, trois ans avant le début de la guerre civile et huit ans avant l’arrivée des khmers rouges. D’un coup, tout a basculé avec le régime totalitariste tiré à l’extrême. Le slogan de l’Angkar est : « Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien savoir, ne rien comprendre ».

    Les livres sont brûlés, l’argent est aboli, les religions sont interdites, les familles sont séparées, le travail est forcé. Sothik témoigne d’un quotidien de labeur où la seule préoccupation est de lutter contre la famine en secret des « cadres ». Il ne sait plus si ce sont les puces ou les poux qui le rongent le plus. Son quotidien est effroyable. Sothik subit un endoctrinement si fort qu’il n’en a plus d’attachement à sa famille.

    Cette lecture nous plonge dans la terreur sans jamais faire de misérabilisme. Les mots sont poignants et justes, la réalité est brute et sans espoir. Un livre indispensable.


  • 2 octobre 2016

    Une enfance volée

    « Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien savoir, ne rien comprendre » : tel est le slogan de l’Angkar, auquel doivent désormais allégeance les enfants, dont Sothik, le héros. C’est la devise des Khmers rouges, qui font régner la terreur dans tout le Cambodge. Nous sommes à la fin des années 70, et pour s’en sortir, un seul mot d’ordre : obéir. En effet, après plusieurs années de guerre civile, le mouvement politique et militaire a pris le pouvoir, établissant le Kampuchéa démocratique, une dictature violente et sans pitié.

    **Ruser pour survivre**

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u