Fille d'octobre, Roman
EAN13
9782246824817
ISBN
978-2-246-82481-7
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
Littérature étrangère
Nombre de pages
240
Dimensions
18,6 x 12 x 1,6 cm
Poids
198 g
Langue d'origine
suédois
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Autre version disponible

Entre 2013 et 2017, Linda Boström Knausgård effectue plusieurs séjours en hôpital psychiatrique au cours desquels elle subit des électrochocs. Alors, pour raconter, elle doit désormais combattre l’amnésie – l’un des effets indésirables de ce traitement. Comment écrire sans souvenirs  ? Par à-coups, semble nous répondre la narratrice, grâce à ces flashs qui la foudroient comme les décharges électriques qu’elle subit. Il y a les promenades, les soignants, les patients, certaines amitiés qui se créent malgré l’absurdité des règles qui régissent «  l’usine  ». Et puis sa propre histoire qui remonte à la vue d’un objet, les épisodes de l’enfance et de l’adolescence, les voyages en Égypte ainsi qu’en Toscane, les premières amours. Les tentatives de suicide. Le puzzle se reconstruit, rythmé par les dépressions, pour reformer le parcours tourmenté d’une jeune romancière, mère de quatre enfants et longtemps mariée à un auteur mondialement connu.
  Fille d’octobre est un réquisitoire contre les dérives de la psychiatrie moderne, mais également une émouvante réflexion sur l’écriture et la parentalité. Si Linda perd la mémoire, elle n’a qu’à inventer lui rétorque son médecin : « C’est bien ce que font les écrivains, non ? ». Incapable de se maîtriser, elle se jette sur lui et le frappe sans pouvoir s’arrêter. Car à la souffrance de la patiente, s’ajoute celle de l’artiste craignant de ne plus pouvoir bâtir. À la peine d’être éloignée de ses enfants, s’agrège la peur de mourir seule. Et pourtant, malgré la cruauté du traitement, c’est la vie qui finit par l’emporter. Linda Boström Knausgård confirme avec ce nouveau livre qu’elle fait aujourd’hui partie des plus grandes voix de la littérature nordique. Un bouleversant récit d’espoir.

Traduit du suédois par Terje Sinding.
S'identifier pour envoyer des commentaires.