Manon B.

par (Libraire)
11 juillet 2021

"Je me souviens de toi."

L'histoire d'Addie, cette héroïne éternellement âgée de 23 ans, est un subtil mélange entre une épopée à travers le temps et les continents, une introspection sur la vie et la mort et une enquête sur le véritable poids de la solitude.

Le 29 Juillet 1714, Adeline Larue, va sceller son sort à jamais en priant un des anciens dieux. Un des dieux de la nuit, ceux à qui il faut mieux ne rien demander, et lui vend son âme.
300 ans plus tard, Addie est toujours là. Jeune, immortelle. Une fille de brouillard au milieu du paysage gris de New-York car personne ne se souvient d'elle. Une minute d'égarement et cela suffit pour faire oublier sa présence.
Partageant avec quiconque, inlassablement des premières rencontres.
Puis, Henry, jeune libraire, qui a des nuages plein la tête, exhausse son souhait le plus cher, celui que l'on se souvienne d'elle.

Parmi ces 700 pages d'immersion dans les vies tour à tour d'Addie et de Henry, leur histoire nous pousse à réfléchir sur cette éternelle question : les instants de joie valent-ils les périodes de peine ?
Ce à quoi Addie nous répond : "Toujours".

Un magnifique message d'espoir pour ceux où tôt ou tard, ont traversés des mauvaises passes. Une histoire remarquable qui restera à jamais graver dans ma mémoire.

Je me souviendrais de toi, Addie Larue.

18,50
par (Libraire)
28 juin 2021

« Un jour, ma grand-mère est tombée amoureuse dans un train. Cinquante ans plus tard, moi aussi. »

Quand la cloche du lycée sonne pour la dernière fois, de nouveaux chemins apparaissent. Souvent, ils mènent à la fac.
Mais parfois, le chemin le plus évident n’est pas celui que l’on désire le plus.
La fac. C’était le chemin tout tracé d' Hugo, le dernier des sextuplés.
Lui et ses frères et sœurs ont obtenu une bourse dès la naissance dans l’université de leur village anglais natal.
Une semaine avant la rentrée scolaire, sa petite amie le quitte, le laissant seul, dans leur voyage en train prévu pour une semaine reliant New York à San Francisco.
Déterminé à profiter du peu de liberté dont il dispose, il décide d’y aller. Seul s’il le faut.
Mais un problème se pose vite. Les billets sont mis au nom de son ex copine.
Il lui faut, à présent, impérativement trouver une autre Margaret Campbell.

Hugo est ce garçon maladroit, peu affable, dont la tête est remplie de ces oiseaux qui ne rêvent que d’une seule chose : pouvoir s’envoler seul et non comme toujours en troupeau. Il rêve d’exister par lui même en tant qu’individu. Et il veut plus que tout ne plus être simplement Paddington, le petit ours peureux qui a besoin des autres pour survivre.
Ce voyage, ces nouvelles rencontres et surtout Mae, sa nouvelle compagne de voyage, vont permettre de le prouver.
La fac n’est peut être pas la suite logique de toute histoire.

Helvetiq

par (Libraire)
28 juin 2021

« L’aventure, c’est extra ! »

Sac à dos, boussole, carte, jumelle, appareil photo, bonnet...
Que manque t-il ?
Ah oui... papa !

Lâchés seuls dans la forêt, un papa et son fils partent en exploration. Sur le sentier, pas un mot n’est prononcé, juste des clins d’œil, des sourires encourageants, des tapes sur l’épaule.
Des gestes qui en disent long sur leur complicité père-fils et sur leur périple.
Dans leur aventure, ils se retrouvent face à des empreintes de pattes d’ours, à une plume de faucon et même à un papillon bleu super rare (ou pas, chacun est libre d’imaginer sa propre histoire).
Puis, arrive la tant attendue et redoutée épreuve : Marcher sur un rondin de bois.
Attention à ne pas tomber à l’eau !

Joan G. Robinson

Monsieur Toussaint Louverture

16,50
par (Libraire)
18 avril 2021

Une couverture rigide, un paysage romanesque aux teintes rosées, un personnage mystérieux vu de dos et, non, Anne n’est pas encore de retour...

Anna est orpheline et la ressemblance avec "Anne de Green Gables" s’arrête là.
Anna est envoyée par sa mère adoptive dans le Norfolk, sur la côte est de l’Angleterre afin de lui faire changer d’air et surtout afin qu’elle s’ouvre aux autres.

A son arrivée, la jeune fille est déterminée à ne devenir amie avec personne car se forcer à parler, elle n’aime pas ça.
Elle préfère rêver, « ne rien faire » dehors, deviner la vie des autres.
Une étrange villa construite juste devant la mer va attirer toute son attention. Un soir, elle entrevoit une lumière qui vacille au premier étage. Parfois, elle semble apercevoir la silhouette blonde d’une jeune fille. C’est la mystérieuse Marnie qui s’y cache. Marnie et Anna vont commencer leur amitié secrète car qu' y a t-il de plus exaltant qu’une amie que l’on ne garde que pour soi ?

L’imagination d’Anna nous enveloppe et nous fait douter sur Marnie, sur Anna.
Où est la ligne qui sépare drastiquement l’imaginaire de la réalité ?
Et s’il n’y avait ni rêve ni réalité, qu’il s’agissait simplement de perception ?

Une histoire déroutante où cette odeur de sel de mer, ce soupçon de mystère et cet air de vacances m’ont rappelé mes étés de petite fille à lire "Le Club des cinq", en particulier "Le trésor de l’île".

par (Libraire)
18 avril 2021

"De l’autre côté, c’était l’Ouest. Et l’Ouest, c’était la liberté."

La tristesse habite les yeux de Grandpa depuis que Grandma est parti.
Ce grandpa qui ne l’est pas vraiment, ce grandpa qui garde des secrets.
Ellie, avec sa classe, fait une sortie dans une réserve zoologique. Cette sortie va percer à jour l’un des nombreux secrets de Grandpa.
Il y a des années, trois orques vivaient là. Mais maintenant, elles sont dans un sanctuaire afin de les réadapter à leur nouvelle vie de liberté.

A bord du vieux van familial, Ellie et sa famille vont partir, direction l’Ouest, vers le Pacifique, les retrouver.

Un road trip court et prenant avec une fin que j’ai trouvée si touchante.
Si comme moi, ce roman vous intrigue grâce aux orques, ces reines des océans, je vous conseille aussi de découvrir "Titan Noir", aux éditions du Rouergue.