Bernard D.

Confessions d’une mer esseulée
2 novembre 2009

Confessions d'une mer esseulée

Cette chère Méditerranée est bien occupée avec Paolo ! J'en suis à l’ascension du Vésuve. J'avoue être charmée par l’originalité de votre histoire et par l'écriture, alerte, ciselée, défiant les lois grammaticales. Chaque vaguelette nous éclabousse. On sent un danger permanent et sournois, tout ça avec beaucoup de sensualité. J'aime moins quand la mer prend des airs d'ordinateur, qui se connecte, se déconnecte, enfin lorsque vous ramenez ses tactiques à de la technique ! Le passage dans la Grotta Azzurra est fort et prenant ; je me languissais d'en sortir (un peu claustro) ! Voilà mes premières impressions : vous l'avez compris, je vais le lire jusqu'au bout !