Séance de rattrapage !

Séance de rattrapage !

Profitez de l'été pour découvrir tout ce que vous n'avez pas eu le temps de lire cette année !

My Absolute Darling

Éditions Gallmeister

24,40

À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie.

My Absolute Darling a été le livre phénomène de l’année 2017 aux États-Unis. Ce roman inoubliable sur le combat d’une jeune fille pour devenir elle-même et sauver son âme marque la naissance d’un nouvel auteur au talent prodigieux.
_________________
"Il y a des livres qu’on aime assez pour les recommander, mais il y en a très peu (Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Catch-22, Les Choses qu’ils emportaient) dont on se souvient toute sa vie. Sur ma liste à moi, j’ajouterai My Absolute Darling, de Gabriel Tallent. Turtle Alveston, quatorze ans, est un personnage remarquable, et son père est le monstre humain le plus terriblement crédible à habiter les pages d’un livre depuis Harry Powell dans La Nuit du chasseur. Ce livre est horrible, magnifique et exaltant. Le terme de “chef-d’œuvre” est bien trop galvaudé, mais il ne fait aucun doute que My Absolute Darling en est un." Stephen King


Manhattan Beach
22,00

Alors qu'elle a presque douze ans, Anna Kerrigan accompagne son père chez Dexter Styles, un homme qui, comprend-elle, est crucial pour la survie de sa famille. Derrière sa maison, elle aperçoit l'océan, qui l'émerveille autant que le mystère pesant qui lie les deux hommes.
Des années plus tard, son père a disparu, et le pays est en guerre. Anna travaille au chantier naval de Brooklyn, où les femmes effectuent des tâches autrefois réservées aux hommes, désormais au front. Elle devient la première femme scaphandrier ; sa mission essentielle, des plus dangereuses, consiste à réparer les navires qui aideront les États- Unis à remporter la guerre. Un soir, dans un club, elle croise de nouveau le chemin de Dexter Styles, et commence à comprendre la complexité de la vie de son père, ainsi que les possibles raisons de sa disparition.


La Vraie Vie
17,00

Un huis-clos familial noir. Un roman initiatique drôle et acide. 
Le manuel de survie d’une guerrière en milieu hostile. Une découverte.
 
Le Démo est un lotissement comme les autres. Ou presque. Les pavillons s’alignent comme  des pierres tombales. Chez eux, il y a quatre chambres. Celle du frère, la sienne, celle des parents. Et  celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. Un prédateur en puissance. La mère, est transparente,  amibe craintive, soumise à ses humeurs. 
Avec son frère, Gilles, elle tente de déjouer ce quotidien saumâtre. Ils jouent dans les carcasses des voitures de la casse en attendant la petite musique qui annoncera l’arrivée du marchand de glace. Mais un jour, un violent accident vient faire bégayer le présent. Et rien ne sera plus jamais comme avant.

---------------------------------------
Prix Première Plume - 2018
Prix du Roman Fnac - 2018
Prix Renaudot des lycéens - 2018


Les rêveurs

Le Livre de Poche

7,70

« On devrait trouver des moyens pour empêcher qu’un parfum s’épuise, demander un engagement au vendeur – certifiez-moi qu’il sera sur les rayons pour cinquante ou soixante ans, sinon retirez-le tout de suite. Faites-le pour moi et pour tous ceux qui, grâce à un flacon acheté dans un grand magasin, retrouvent l’odeur de leur mère, d’une maison, d’une époque bénie de leur vie, d’un premier amour ou, plus précieuse encore, quasi inaccessible, l’odeur de leur enfance... »

Quand l’enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées du moment, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d’une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d’écriture.

Une parfaite unité de ton, une grande justesse d’observation. La Croix.

Une plume aussi délicate qu’experte, qui virevolte d’une scène à une autre, d’un sentiment à un autre. L’Express.

L’auteure a su créer un objet passionnant, dont chaque détail sonne juste.  Elle.


Mécaniques du chaos
8,40

Et si la fiction était le meilleur moyen pour raconter un monde où l'argent sale et le terrorisme mènent la danse ?... Ils s'appellent Sébastien, Habiba, Bruno, Rifat, Rim, Jeannette, Levent, Emma, Sami, Moussa, Harry. Ce sont nos contemporains. Otages du chaos général, comme nous. Dans un pays à bout de souffle, le nôtre, pressé de liquider à la fois le sacré et l'amour, ils errent dans leur existence et se comportent souvent comme s'ils avaient perdu le secret de la vie.

Mécaniques du chaos est un roman polyphonique d'une extraordinaire maîtrise qui se lit comme un thriller. Il nous emporte des capitales de l'Orient compliqué aux friches urbaines d'une France déboussolée, des confins du désert libyen au cœur du pouvoir parisien, dans le mouvement d'une Histoire qui ne s'arrête jamais.

Une fresque crépusculaire qui brasse l'histoire et l'actualité, interrogeant les dérèglements de notre société. Étienne de Montety, Le Figaro littéraire.

Un thriller politique à la John le Carré. Marc Lambron, Le Point.

 

GRAND PRIX DU ROMAN DE L’ACADÉMIE FRANÇAISE